Mon « contrat opérationnel »

Au travers de ce blog, je souhaiterais faire progresser l’analyse et le débat sur les questions stratégiques et le fait militaire, et participer à une meilleure connaissance de celui-ci. Bien que le débat stratégique connaisse, en France, un renouveau certain tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des armées, et que des publications de qualité soient maintenant disponibles, beaucoup reste encore à faire. L’actualité vient chaque jour nous rappeler l’importance d’un continuum, de la grande stratégie à l’action tactique, du politique au militaire en passant par l’économique et le social, de la technologie de pointe à l’innovation intellectuelle.
Dans la mesure de mes connaissances et de mes compétences, je souhaite participer à ce renouveau de la pensée stratégique en France, en m’efforçant de m’adresser tant aux spécialistes et aux professionnels qu’aux amateurs éclairés ou aux citoyens désireux de s’informer.
Les sujets à aborder étant à la fois vastes et variés, il me semble utile de me fixer un contrat d’écriture, qui constituera le « contrat opérationnel » de ce blog. Souhaitant couvrir le champ le plus large possible, je vais m’efforcer de partager les billets entre réflexion stratégique de fond, problématiques opératives et tactiques, et thèmatiques historiques. L’actualité et son analyse ne seront bien sûr pas absents, et j’y consacrerai des billets dès qu’un évènement intéressant se produira.
Je souhaite que les commentaires soient le plus nombreux possible, à condition qu’ils soient pertinents, demeurent courtois et soient correctement écrits. Par ailleurs, ce blog n’est pas un espace de contestation politique. Si les billets critiquent telle ou telle décision, politique ou militaire, en France ou ailleurs, cela ne doit pas être vu comme une attaque contre les décideurs concernés ou leurs opinions politiques, mais comme une opinion fondée sur l’analyse. Débattre n’est pas polémiquer. Ce blog est là pour susciter le débat, et j’envisage les commentaires comme un espace de discussion et d’échange, sur lequel je ne me priverai d’ailleurs pas d’intervenir.