Guerres & Histoire n°05, 1918 et l'opératique

Guerres & Histoire n°05, 1918 et l’opératique

Le cinquième numéro de la revue Guerres & Histoire est en kiosque, avec pour dossier central l’armée française de 1918, sans aucun doute l’un des plus remarquables outils militaires dont la France ait disposé au cours de son histoire – la Grande Armée du camp de Boulogne (1804) à la paix de Tilsit (1807) demeurant à mon sens la plus grande, tant pour son efficacité militaire que parce qu’elle incarnait, selon l’expression consacrée, « une certaine idée de la France ». Réalisé pour l’essentiel par Michel Goya, ce dossier dresse un panorama complet de l’armée française de la victoire : mécanisation, commandement, opérations, comparaison avec les alliés, Britanniques et Américains, et avec l’ennemi allemand, le tout accompagné d’une riche iconographie.

Guerre&Histoire_05_Couv
Les deux dernières pages du dossier sont un débat entre Michel Goya et moi-même – qui sommes tous deux conseillers de la rédaction de G&H -, afin de savoir si l’armée française en 1918 pratique, ou non, l’opératique (ou « art opératif »). Condensé d’un débat filmé, ce débat trouve un prolongement, bienvenu tant le sujet est vaste, dans la double interview qu’à réalisé Stéphane Mantoux sur son blog, excellente idée qui permet à Michel comme à moi de préciser certains points.
N’hésitez pas à réagir sur le dossier sur le blog de Michel Goya ou la page Facebook de  »Guerres & Histoire », et sur le thème de l’opératique par mail ou dans les commentaires de ce blog. Et bien sûr, bonne lecture !